Comment ça marche ?

Le principe de l’impression 3D est simple, il consiste à superposer des couches de matières selon des coordonnées mathématiques transmises à l’imprimante par un ‘’fichier 3D’’.

Si le principe reste le même pour toutes les imprimantes 3D, les procédés permettant d’imprimer un objet varient et on peut les classer en 3 catégories :

– Le dépôt de matière
– La solidification par la lumière
– L’agglomération par collage

Ce qui différencie ces 3 procédés est la façon dont sont déposé et traitées les couches de matières ainsi que les matières elle-même.

1- Dépôt de matière.

La majorité des imprimantes fonctionnent selon ce principe qui consiste à déposer couche par couche un filament de matière fondu a environ 200°C. Longtemps limitée par les types de matériaux utilisables (ABS et différents plastiques), l’impression 3D FDM (Fused Deposition Modeling) voit arriver depuis quelques années de nouveaux filaments composites très intéressants et innovants.

Le PLA (polylactic acid), obtenu à partir d’amidon de maïs est définitivement une excellente alternative au plastique, ce qui en fait un matériel écologique et responsable très prisé par les designers et artistes.

De nombreux filaments composites voient les jours (bois, bronze, cuivre, carbone), afin de donner une grande liberté de création tout en révolutionnant la façon dont nous concevons les produits.

2- La solidification par la lumière

La stéréolithographie est la première technique d’impression 3D à avoir était créer dans les années 80.

Contrairement aux procédés FDM (dépôt de filament), la SLA consiste à solidifier une résine photosensible par rayon laser ultraviolet. Le principe reste le même, le laser vient toucher et durcir couche par couche la résine afin de donner forme à l’objet 3D.

Le frittage laser (SLS), fonctionne sur le même principe que la SLA, mais avec un matériel différent. On utilise de la poudre que le laser vient fusionner point par point afin de créer une couche. Une fois celle-ci terminée, l’imprimante passe à la couche supérieure jusqu’à l’obtention de l’objet 3D.

3- L’agglomération par collage

Développé dans les années 90, cette technique d’impression 3D (3DP) consiste à étaler une fine couche de poudre puis déposer des fines goutes de colle afin de solidifier les particules entre elles.

Le procédé est répété jusqu’à l’obtention de l’objet. Contrairement à l’impression 3D FDM, la 3DP demande beaucoup de post traitement de l’objet, ce qui peut le rendre plus fragile.

Pourquoi l’impression 3D ?

La réponse à cette question peut paraitre évidente tant les entreprises, les médias, mais également le grand public semble associer l’impression 3D à la 4e révolution industrielle.

Nous allons vous détailler pourquoi l’impression 3D vient révolutionner notre façon de concevoir, mais également de consommer.

1 – Une grande liberté de design

Contrairement aux méthodes de fabrications traditionnelles (injection, CNC), l’impression 3D permet de créer des objets très complexes et donc d’avoir une liberté de design inégalé.

Dans l’industrie, les designers sont obligés de s’adapter aux contraintes techniques des différents outils de fabrication. Avec l’impression 3D, ces contraintes ne sont plus un problème, ce qui ouvre des possibilités de création infinies.

2- Une autre façon de concevoir des produits

Avant l’arrivée de l’impression 3D, la conception d’un produit était réservée au monde de l’industrie, ce qui impliqué des couts de développement et de fabrication très élevés (fabrication du moule).

Aujourd’hui, de nombreux designers et artistes locaux se sont emparés de cette technologie pour créer des produits destinés au grand public.

3 – Une autre façon de consommer

Pourquoi acheter une lampe banale chez Ikea alors que mon voisin crée des lampes avec son imprimante 3D ?

Avez-vous déjà réfléchi à tous les objets que vous avez chez vous ? ou ont ils étaient fabriqués ? Est-ce que cet objet me ressemble ? répond-il à mes valeurs ?

Nous ne sommes pas là pour juger, nous pouvons néanmoins dire que la plupart des produits que nous consommons sont issus de la grande fabrication, ce qui implique des matériaux toujours plus polluants, une empreinte carbone énorme et des objets banals qui ne nous ressemblent pas vraiment.

L’impression 3D, comme d’autres technologies et procédés de création innovants, vient casser ces façons de produire et donc de consommer. On produit localement, on utilise des matériaux écoresponsables et on favorise l’économie locale.

Covid-19: HOMADE met à disposition ses imprimantes 3D pour fournir des visières de protection aux hôpitaux et OBNL. Par conséquent, les commandes en ligne peuvent être retardées d’une journée.